• Les blocs de caisse.

    La suite...

    Avec l'emplacement du tourillon dans le bloc de manche,

    qui assurera la liaison manche/caisse.

    Le collage des éclisses, bord à bord, sur le bloc arrière.

    La ligne de collage doit être la plus fine possible.

    Donc, cet assemblage se fait en deux étapes.

     

    Les éclisses et les blocs assemblés.

    Bien sûr, les petits taquets de maintien des blocs

    ( pour assurer le bon positionnement sous la presse au collage )

    vont sauter

    pour laisser la place aux contre-éclisses.

     

    Bon, le collages des contre-éclisses, maintenant.

    En tilleul, toutes petites, souples et légères.

    Adaptées au format de la caisse d'un ukulélé,

    et à ses courbes serrées.

     

    Là, j’enlève les excès de colle,

    avec une paille rigide biseautée.

    Pourquoi enlever ces petites "coulures" de colle,

    puisque une fois la caisse fermée, ça ne se verra pas ?

    Et bien justement parce que CA ne se verra pas !

    wink2

    Et voilà !

    Plus qu'à attendre, maintenant...


    votre commentaire
  • Le cintrage des éclisses.

    En acajou.

    Après 24h. de baignade, la mise en forme

    se fait avec un fer réglé à 140°.

    **¤¤¤**

    Et la réalisation des blocs de caisses.

    En cèdre.

    Pas mal de copeaux...

    -*-..-*-

    Quelques photos.

    sarcastic


    2 commentaires
  • La pose du patch carbone,

    en renfort de table, sous le chevalet.

    Collé sous presse avec de la résine epoxy.

    -*-ooOoo-*-

    Les barrages de table.

    En Red Cedar.

    ..¤¤¤¤..

    Proches du sound hole, les barres d'harmonie.

    Ici, les barrages de renfort de table.

    Pose en éventail 2 pièces.

     

     


    votre commentaire
  • Les découpes de la table et du dos.

    smile

    A la scie à chantourner manuelle, équipée d'une lame à denture très fine.

    Ce genre de lame proche d'un fil n'offre pas un bon guidage.

    Avec un peu d'habitude, en positionnant l'attaque avec un bon angle,

    et un mouvement alternant appui de coupe en descente, et "relâché" en remontant,

    on arrive à bien suivre le tracé.

    Bon, la découpe du sound hole (bouche) maintenant.

    En plusieurs étapes, pour obtenir un trou au bon diamètre (ici, 46 mm),

    bien "propre", bien rond, avec une découpe bien d'équerre.

    Pas très Hi-Tech, comme matériel,

    mais bon, on n'est pas la NASA non plus, hein !

    Et voilà ! Nickel !

     


    1 commentaire
  • Le renfort de table,

    qui est placé sous le chevalet.

    --*o*--

    Habituellement, il est réalisé  en bois,

    collé fibre en travers sous la table.

    -------------

    Là, une variante, en tissu fibre de carbone / époxy, 

    2 épaisseurs de sergé 220 g/m² multidirectionnel, qui sont mises sous presse,

    entre des films plastique et un tapis mousse,

    pour bien chasser l'excédent de résine et les bulles d'air.

    -..¤¤¤¤..-

    Avant le pressage,

    je "tire" la résine, avec une carte de visite publicitaire en plastique souple.

    ~~~~~

    Le patch sera ultérieurement collé sur la table avec de résine époxy,

    sous presse également.

    smile

    Le but est de restreindre les déformations

    de la table induites par la tension des cordes,

    mais de ne pas la bloquer, 

    pour une meilleure transmission des vibrations.

    Le patch carbone est rigide, avec beaucoup de flex et de retour de flex,

    à comparer avec une lame ressort.

    Il est assez rigide en torsion sur tous ses axes.

    De plus, il ne pèse, et bien, rien du tout,

    ce qui est un plus, dans cette zone vibratoire de table,

    où toute inertie est à éviter.

    --0--*--0--

    Alors, pourquoi pas ?

    sarcastic


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires