• La touche.

    ..~..

    Pour finaliser le manche, il faut réaliser la touche.

    Voilà un petit feuilleton, qui vaudra bien des explications...

    smile

    Le banc de sciage permet de contrôler le parallélisme

    et la profondeur des fentes.

    La largeur de touche est içi à 1.5 mm de plus

    de chaque côté. Les valeurs définitives seront obtenues

    dans une étape ultérieure, en arasant les frettes

    et en dressant les champs de la touche.


    votre commentaire
  • La suite du manche.

    ...........

    Pas fini, mais les formes finales sont déjà là.

    Il faudra que la touche soit terminée (et donc, commencée !...)

    pour que je puisse approcher les courbes et jonctions diverses,

    donner le galbe voulu au manche, peaufiner les volutes de raccordement manche/tête,

    ajuster la symétrie de la tête dans ces zones,

    effacer les petites facettes et poncer finement l'ensemble.

    Pas fini, donc, pas fini du tout ...

    -*-

     


    votre commentaire
  • Petite astuce.

    -*-

    Le Cèdre du Brésil est un bois peu dense, pas dûr,

    et avec des fibres qui ne se "tiennent" pas trés bien.

    Quant on  scie et que l'on ponce avec des grains forts,

    dans le sens des fibres, c'est ok.

    ~~

    Par contre,

    sciage et ponçage de bout, hum, on peut façilement "arracher".

    Notament, içi, pour les courbes du haut de tête.

    ¤¤¤

    Donc:

    Je trace l'outline dessus et dessous,

    en repérant bien le positionnement de mon gabarit.

    Ensuite, plusieurs passages au X-Acto, pour couper les fibres de surface sur 1 petit mm. de profondeur env.

    Comme cela, pas de pb d'arrachage quand j'approche

    au grit "100, ce qui serait plutôt moche,

    surtout en sous face de tête.

    ---...---

    Aprés, hop, je colle le placage,

    maintenu en position sous presses

    par des petits taquets.

    sarcastic

     

     


    votre commentaire
  • Step by step.

    ~~..~~

    Doucement, mais sans hésitation.

    Les passes à la râpes et-ou- aux abrasifs

    doivent être longues, avec un appui constant.

    Pour éviter les bosses, et les creux.

    *+*++*+*

    A suivre: 

    Donner la forme extérieure à la tête,

    puis coller le placage. Et reprendre la mise en forme du manche.

    Travailler les volutes de raccordement manche/tête.


    1 commentaire
  • La pose du trussrod, qui est plutôt un raidisseur.

    Un tube carbone ultra strong Ø 6 mm. collé avec

    un mélange époxy / poudre de micro billes de verre (Microballon).

    Pour éviter le twist et le flambage sous la tension des cordes.

    Il faut parfois des années pour que ces défauts apparaissent.

    Surtout sur des manches fins, peu épais, avec des sections en croissant de lune,

    et en bois peu dense (comme le cèdre du Brésil).

    Parfois moins...

    -*-

      

     

    Et puis, le début du travail à la rape pour dégrossir l'ébauche.

    Le support multi positions est un étau de sculpteur,

    sur lequel j'ai adapté un socle de maintien en compact (trés raide).

    sarcastic

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires